Blog

les 5 accords Toltèques, un code de savoir-être en entreprise

Posted by:

978_2_8132_0122_5_UNE_230_328_1338573484Cela vous arrive t’il parfois de vous sentir incompris, jugé et rabaissé…Votre intention n’a pas été comprise, vous avez fourni  un investissement maximum.  Vous avez donné le meilleur de vous-même et pourtant, les critiques fusent et pour finir, vous avez le sentiment de ne pas avoir été à la hauteur…

Si cette situation se présente, je vous invite à lire “les 5 accords Toltèques” …C’est un livre un peu spécial mais si facile à appliquer dans notre quotidien. Avec 5 principes qui sont autant d’accords à passer avec vous-même. Les 5 accords proposent un puissant code de conduite capable de transformer rapidement notre vie en une expérience de liberté.

L’auteur, Don Miguel Ruiz, bien que né et élevé au Mexique par une mère curandera (guérisseuse) et un grand-père nagual (chaman), choisit de faire ses études de médecine et de devenir chirurgien. Une rencontre avec la mort (NDE), au début des années 70, a changé sa vie. Il s’est dès lors consacré à la maîtrise de la sagesse ancestrale. Il est maintenant devenu un nagual de la ligné des Chevaliers de l’Aigle, voué au partage de sa connaissance des enseignements des anciens Toltèques.

Depuis notre plus tendre enfance, nous sommes domestiqués. L’éducation et l’enseignement, nos parents, nos professeurs et la société d’une manière générale, nous inculquent des croyances qui nous servent de repères tout au long de notre vie. Ces croyances sont comme un Livre de loi qui nous dirige en toutes circonstances : ce que nous devons dire ou ne pas dire, faire ou ne pas faire, attendre ou ne pas attendre, …Avec ce Livre de loi, qui nous a été imposé, nous nous culpabilisons et nous nous condamnons. Nous sommes à la fois “victime et  juge”.

Contrairement à la plupart des procès où une faute est jugée et condamnée une fois, nous pouvons payer plusieurs fois pour la même faute.  Nous avons la fâcheuse habitude de ressasser encore et encore : nous regrettons et nous réprimandons sans cesse. Ensuite parce que les autres peuvent nous rappeler ces fautes.

Nous nous imaginons d’après ces croyances et ce Livre de loi , nous nous voyons à travers elles. Nous ne nous acceptons pas tel que nous sommes vraiment. Nous jouons un rôle, nous portons un masque. Cela afin de correspondre aux attentes et exigences des autres, et aussi des nôtres même déformées par ce Livre. Nous avons besoin d’être accepté et aimé par les autres. Et nous avons aussi besoin de nous accepter et de nous aimer. Mais nous ne parvenons pas à le faire : ce que nous nous sommes réellement ne correspond pas à ces croyances, aux attentes, réelles ou supposées, des autres, et à nos attentes et exigences. Il y a une distorsion entre qui nous sommes vraiment et ce que nous paraissons être.

Tout cela du fait de croyances, d’un Livre de loi qu’on nous a imposé et que nous avons accepté sans discuter et sans négocier. Nous ne pouvions pas le faire étant plus jeune. Et beaucoup de nos souffrances viennent de là. Mais maintenant, nous pouvons remettre en question ces croyances.

C’est l’objet de ce livre : passer avec nous-mêmes 5 accords simples pour être vraiment nous-mêmes et se libérer de ces chaines.

Premier accord toltèque : Que votre parole soit impeccable

Parlez avec intégrité, ne dites que ce que vous pensez. N’utilisez pas la parole contre vous-même, ni pour médire sur autrui. Dans les anciens temps, les mots étaient considérés comme ayant un pouvoir mystique, magique. Nommer quelque chose revenait à le créer, à lui donner forme et vie. Sans aller aussi loin, il faut reconnaître que les mots ont un pouvoir. Nous utilisons parfois ces mots, et leur pouvoir, sans retenue, sans véritable conscience du mal potentiel que nous pouvons faire. Par la parole, nous semons une graine. Chaque critique, chaque jugement, chaque médisance, est une blessure en puissance. Il s’agit donc d’avoir conscience de cela et de faire attention aux paroles que nous proférons et aux mots que nous employons. A l’inverse, des mots correctement choisis et employés peuvent être d’un grand confort et soutien pour autrui, mais aussi d’une précieuse aide pour soi-même.

Deuxième accord : Quoi qu’il arrive, n’en faites pas une affaire personnelle

Ce que les autres disent et font n’est qu’une projection de leur propre réalité, de leur rêve. Lorsque vous êtes immunisé contre cela, vous n’êtes plus victime de souffrances inutiles.
Même si cela nous concerne, nous ne sommes aucunement responsables de ce que les autres font ou pensent. Il ne s’agit là que de l’expression leurs propres croyances, de leurs propres psychés : chacun parle, agit et réagit d’abord par rapport à lui-même, par rapport à ce qu’il croit, ce qu’il voudrait, ce qu’il attend de vous. Mais en aucune manière, nous ne devrions laisser ces actes ou ces paroles nous perturber : elles ne nous engagent en rien. Nous en faisons une affaire personnelle parce que nous donnons notre accord. Nous concédons le pouvoir de nous laisser influencer, voire de nous blesser. Si nous prenons l’habitude de ne pas faire une affaire personnelle de tout, nous éviterons de nombreux désagréments dans notre vie : colère, jalousie, envie, tristesse, … Toutes ces sources de peine et de souffrance disparaîtront. Nous retrouverons notre entière liberté d’être.

Le troisième accord toltèque : Ne faites pas de suppositions

Ayez le courage de poser des questions et d’exprimer vos vrais désirs. Communiquez clairement avec les autres pour éviter tristesse, malentendus et drames.
Nous avons tendance à faire des suppositions au sujet des autres (ce qu’ils pensent ou feront, pourquoi ils ont agi ainsi, ce qui leur ferait plaisir, …), à juger promptement une situation ou, pire, à donner du crédit aux rumeurs.Le problème est que, par la suite, nous considérons cela comme une vérité ou une part de vérité. Beaucoup de tristesse et de drames auxquels nous sommes confrontés proviennent de cette habitude de faire des suppositions, de prêter des intentions à autrui. Il est préférable de poser des questions plutôt que de faire des suppositions. Cela évitera incompréhensions, déceptions et confrontations.

Quatrième accord Toltèque : Faites toujours de votre mieux

Faire de son mieux permet de pouvoir modifier la hauteur de la barre, en fonction de l’humeur, des capacités qui peuvent changer d’un moment à l’autre. Faire de son mieux, c’est ne pas en faire trop,ni  en faire trop peu : pas d’auto-jugement possible, pas de perte d’énergie inutile dans un sens ou l’autre. Car en faire trop c’est épuiser notre énergie à venir. En faire trop peu, c’est « s’exposer » à la frustration de ne pas atteindre nos objectifs.
Faire de son mieux améliore notre motivation à agir sans s’attacher à un résultat immédiat, ce qui augmente la satisfaction par rapport à ce qui a été accompli et même le contentement général.
Cela nous permet d’évoluer en acceptant nos limites, en estimant correctement nos capacités, en reconnaissant nos erreurs et en améliorant notre conscience.
Faire de son mieux permet d’éviter l’inaction et de poser l’action juste dans le moment présent, évitant la référence au passé et les souffrances qui peuvent en découler.
Faire de son mieux c ‘est pouvoir être soi-même sans exigence particulière, sans devoir se conformer.

Et le cinquième: Soyez sceptique, mais apprenez à écouter

Ne vous croyez pas vous-même, ni personne d’autre. Utilisez la force du doute pour remettre en question tout ce que vous entendez : est-ce que c’est “vraiment” la vérité ? Ecoutez l’intention qui sous-tend les mots et comprenez le véritable message.

Nous espérons que ce texte vous donnera des clés de réfléxions pour vous et vos équipes…

A bientôt

Auteur : Corinne FOUCHER

Téléchargez Notre Livre Blanc
Petit Manuel de Coaching A l’usage des DRH


Add a Comment

Powered by WishList Member - Membership Software