Blog

Coaching: Témoignage d’un Dirigeant

Posted by:

Didier Planchais red1

Ce mois-ci, nous vous présentons l’interview de Didier Planchais, responsable de Production. Il nous raconte comment le coaching a accompagné son expérience de fermeture de site et  la gestion de l’accompagnement au deuil…Un beau témoignage d’engagement et d’action au service de l’entreprise…

Bonjour Didier. Pouvez-vous me dire en quelques mots, quelle était votre fonction et quel était le contexte de l’entreprise dans laquelle vous étiez ?

A l’époque, j’étais responsable de production de cinq unités chez FCI La Ferté Bernard, sur un site spécialisé dans la connectique électronique. L’entreprise a changé d’actionnaires plusieurs fois (Souriau, Framatome, Areva, Bain Capital). En 98, il y avait de grandes ambitions pour notre site. Le crash des télécoms est arrivé tout début 2000. Et puis, l’entreprise a été vendue et l’actionnaire américain Bain Capital n’a plus investi sur notre site. Le site a perdu en compétitivité par voie de conséquence… et une partie de la production a été délocalisée dans des pays  « low cost » (Inde et Chine) pour optimiser les marges opérationnelles de l’activité.

Quelle a été votre rencontre avec le coaching et avec le coach Didier Aumont ?

Je l’ai connu chez FCI dans le cadre d’un coaching de l’un de mes collaborateurs. Yann en avait fait la demande. Il avait besoin d’aide dans le cadre de ses nouvelles fonctions. Yann n’avait jamais fait de management et il devait gérer une soixantaine de personnes. En tant que responsable, j’ai rencontré Didier et lors de cette rencontre, nous avons eu un très bon contact.

Avez-vous eu l’impression d’un effet concret sur votre collaborateur par rapport à son coaching ?

Oui, Yann a adhéré rapidement à la démarche du coaching et les résultats ont été très rapides. Il a su rapidement utiliser le coaching pour mettre en place des méthodes de travail dans l’atelier et s’imposer comme leader de son équipe pour manager ses troupes. Il a trouvé une façon « d’être » pour dire les choses en douceur mais dans la fermeté. C’était son style de leadership et le coaching lui a permis de le peaufiner…de faire de sa douceur, une qualité. Cela lui a donné une grande maturité relationnelle. Ce coaching a été extrêmement bénéfique.

Et ensuite, que s’est-il passé ?

J’étais devenu responsable de production. J’ai favorisé des coachings pour les membres de mes unités. Et je me suis fait coacher. J’ai compris comment l’adhésion de la personne dans la démarche de coaching était importante. J’ai joué le jeu alors que je ne me livrais pas facilement. J’ai réalisé avec le recul combien ce coaching m’avait préparé à ce que j’allais vivre dans ma carrière quelques années plus tard.

Comment le coaching s’est-il déroulé et qu’en avez-vous retenu ?

Nous avons commencé par un questionnaire TMS et un 360 degrés. J’ai trouvé que c’était très pertinent. Cela m’a donné une meilleure vision de qui j’étais. Je me sentais bien représenté. A postériori, j’utilise encore le TMS. Il me suit tout le temps. Souvent, quand j’ai des points de blocage, je le relis. Cela m’éclaire. Je l’ai également montré et partagé en famille avec ma femme et mes enfants… J’ai compris comment les autres me percevaient. Ils ont pourtant appuyé là ou ça fait mal. Et tout d’un coup, c’était comme si je n’avais plus d’œillères. Après le débriefing, nous avons mis en place un plan d’action. Par la suite, j’ai eu envie d’évoluer avec mon équipe. Et j’ai décidé de faire du Team-Building.

Que vous a apporté le team-building ?

Tous les membres de mon équipe avaient participé à un coaching individuel. Le team-building nous a permis d’avancer plus loin en équipe. En particulier, en terme de communication : nous n’émettions plus de réserve dans l’expression. Des points d’amélioration pour chacun ont été définis. Connaissant l’approche du coaching pour l’avoir vécu en individuel, nous avons été capables de nous révéler, d’enlever notre masque de manière collective. Cela a renforcé les liens de façon considérable. Et cela nous a été d’une grande utilité par la suite pour fonctionner dans l’adversité.

Que s’est-il passé post team-building ?

Le site a d’abord annoncé des licenciements partiels, La proximité de notre équipe nous a permis de rester unis dans cette gestion de crise. Puis j’ai été convoqué par le DRH qui m’a mandaté pour mener à bien le plan social. L’usine allait fermer pour être délocalisée en Chine et en Inde. J’ai accepté. Cette nouvelle a été annoncée au Codir. Cette situation a provoqué un véritable choc sur notre site. 300 personnes allaient perdre leurs emplois. Il y a eu des mouvements de grève. Des situations très critiques à gérer. J’ai dû négocier dans un sens…dans un autre. L’enjeu était de replacer le maximum de personnes. Il a fallu demander au personnel du site d’accepter de former les repreneurs, des indiens et des chinois sur leur lieu de production.

Comment demander à des personnes un investissement supplémentaire alors qu’ils allaient perdre leur poste ?

En effet, comment motiver des personnes  qui vont perdre leurs emplois et leur demander de continuer à produire ? Nous avons obtenu un accord entre direction, les partenaires sociaux et le personnel : Vous formez les indiens et les chinois sur notre site…et vous y gagnez en plan de départ. J’ai dû négocier avec la direction, expliquer, motiver et accompagner le deuil de ceux qui allaient perdre leurs emplois. Ca a marché. Avec leur accord, je négociais pour qu’il reste le plus longtemps possible, en ne les bloquant pas dès que leurs recherches d’emplois aboutissaient.

La deuxième partie de ma mission a consisté à la vente et le transfert de notre appareil de production. Il fallait vider le site. J’avais la main mise totale pour vendre tout le matériel. La encore, j’ai négocié l’aide de trente fidèles pour solder les affaires courantes. Malheureusement, le site pollué en sous-sol n’a pas permis le rachat. L’enjeu dans ce deal était de vendre du matériel à un prix symbolique et de permettre à nos employés de retrouver un poste dans le réseau d’entreprises locales. Cette démarche a reçue un écho très favorable des salariés et des partenaires sociaux, de la direction et des entreprises intéressées.

Vous avez mentionné que Didier Aumont était présent au moment de ce marasme. Comment a-t’il fonctionné avec vous dans cette période ?

Il a reçu tous les membres de mon équipe. Certains ne supportaient plus le contexte dans lequel nous vivions. Ils avaient besoin d’être entendu sur les difficultés qu’ils traversaient…J’avais besoin d’eux pour aller au bout de ma mission. Didier Aumont nous a permis de renforcer le lien de coopération entre nous. Devant les difficultés rencontrées, les incompréhensions, les ambivalences du siège, certains voulaient partir. L’équipe est restée soudée et présente  jusqu’à la fermeture définitive du site. Il recevait également toute personne de l’encadrement qui en faisait la demande pour être coachée sur leur projet professionnel.

Avec le recul, quels ont été les apports du coaching dans cette mission difficile qui vous a été confiée ?

Dans cette période délicate, je devais m’adapter et naviguer dans le chaos. J’ai connu des situations très critiques. Les grèves, l’introduction de la drogue et l’alcool sur le site, des situations de désespoir… Je suis « un sanguin » et je réagis très vite. Le coaching m’a aidé pour trouver les mots et prendre du recul dans les périodes décisives.
Le coaching individuel m’a permis de consolider mon leadership, et de devenir un meneur d’hommes avec l’aide du teambuilding. Enfin une notion d’intelligence collective beaucoup plus importante avec la fermeture d’un site que j’avais aidé à bâtir depuis sa naissance- et aider à en faire le deuil. Cette expérience délicate associée au coaching m’a fait progresser en maturité et sérénité.

Qu’est ce que Didier « le coach » a apporté à Didier « l’homme de terrain »?

Il m’a permis de renforcer une conviction sur ce que je fais, de renforcer ma vision d’homme. Il m’a aidé à confirmer le bon cap. J’ai lâché mes doutes et j’ai gagné en confiance sur mes possibilités professionnelles. Il m’a apporté beaucoup de sécurité.

Une qualité du Coach que vous avez aimé ?

Sa franchise, il va droit au but, il ne mâche pas ses mots, …Un coach doit dire la vérité, il doit lâcher ce qu’il ressent, il doit ne pas tricher. Cette personnalité, c’est ma représentation du coach qui me correspond.

Connaissez-vous votre mission de vie ?

Je suis un fils unique. J’avais une revanche à prendre sur la vie pour apporter ma pierre et faire un choix. Mon travail m’a permis de développer cette dimension de permettre une stabilité, construire …Je me définis comme un « bâtisseur-créateur besogneux »…J’ai également cette dimension de bâtisseur dans ma vie privé.

Si vous aviez quelques mots à rajouter sur le coaching pour synthétiser.

Je suis convaincu de l’apport du coaching sur le plan managérial. Tout cela m’a aidé à grandir, prendre du recul, avoir la maturité et la confiance d’avancer…Cela devrait être beaucoup plus répandu en entreprise car la démarche a du sens dans l’action, et a une répercussion sur toute une vie…Cela se distille en continu dans le temps. C’est une démarche que j’encourage chaque fois que je le peux.

Téléchargez Notre Livre Blanc
Petit Manuel de Coaching A l’usage des DRH


Add a Comment

Powered by WishList Member - Membership Software